Manjacs

De Viquipèdia
Salta a la navegació Salta a la cerca
Infotaula de grup humàManjacs
ACTD004805 - Manjacas.jpg
Modifica el valor a Wikidata
Tipusètnia Modifica el valor a Wikidata
Població total455.000 aprox.
LlenguaMandjak
ReligióAnimisme, Cristianisme
Regions amb poblacions significatives
Guinea Bissau Guinea Bissau 230.000 (2007)[1]
Senegal Senegal 144.000 (2007)
Gàmbia Gàmbia 34.000 (2007)
Cap Verd Cap Verd 22.000 (2007)
França França 25.000 (2007)

Els manjacs (també Kaniop, Kanyop, Majak, Mandjack, Mandjaks, Mandjaque, Mandjaques, Mandyak, Mandyako, Manjaca, Manjack, Manjaco, Manjago, Manjak, Manjaka, Manjako, Manjaku, Manjiak, Manyagu, Mendyako, Ndyak, Sarar).[2] són un grup ètnic de Guinea Bissau. S'anomenen a si mateixos com a manjaku, i com a Ndiago pels wòlofs de Senegal, Manjaco pels portuguesos, i manjaque pels francesos. Cadascun d'aquests termes vol dir "Jo et parlo".

Viuen a la zona del riu Gàmbia i a la regió West Coast (Gàmbia),[3] a Ziguinchor (Casamance) i a la regió de Cacheu (Canghungo i Farim), a Guinea Bissau, on són el 9 % de la població. El mandjak és classificat com a part de les llengües bak, que és una branca de les llengües nigerocongoleses. Hi ha importants comunitats manjacs a Senegal, França, Gàmbia, i els països veïns de Guinea Bissau.

Personatges il·lustres[modifica]

António Baticã Ferreira és un poeta manjac.

Referències[modifica]

  1. Manjacs a The Joshua project
  2. IdRef [1]
  3. Arnold Gailey, Harry A. Hughes: Historical Dictionary of the Gambia. The Scarecrow Press, Inc., 1999, ISBN 081083660-2

Biografia[modifica]

  • Le Manjak (revue d'informations culturelles et sociales, éditée par Théodore Gomis)
  • Amadou Diop, Tradition et adaptation dans un réseau de migration sénégalais : la communauté manjak de France, Université de Paris, 1981 ?, 337 p. (thèse de Plantilla:3e cycle)
  • A. M. Diop, Rite de passage et système religieux chez les manjaques
  • F. Galibert, « Au pays des Manjaques », Annales de l'Extrême-Orient et de l'Afrique, sept., nov., déc. 1887, janv. 1888, p. 65-74, 143-149, 180-185
  • Maria Teixeira, 1995, « Croyances et pratiques religieuses des Manjak en Guinée-Bissau », Le Manjak, n° 3, p. 7-9
  • Maria Teixeira, 1996, « Changement social et contre sorcellerie féminine chez les manjak de Canchungo émigrés à Ziguinchor : les réponses du Bëpene et du Kasara » Thèse de l'EHESS
  • Maria Teixeira, 1997, « Dynamique des pouvoirs magico-religieux des femmes manjak de Canchungo (Guinée-Bissau) émigrées à Ziguinchor (Sénégal) », Soronda Revista de Estudos Guineenses/Soronda Revue d’Études Guinéennes, n° 1 (1), p. 121-157
  • Maria Teixeira,1998, « Bouleversements sociaux et contre-sorcellerie manjak. Guinée-Bissau/Sénégal », Cahiers de Sociologie Economique et Culturelle, n° 30, décembre p. 63-87
  • Maria Teixeira, 2001, Rituels divinatoires et thérapeutiques chez les Manjak de Guinée-Bissau et du Sénégal, Paris, L'Harmattan
  • Maria Teixeira, 2001, « Origines et transformations d’un culte de possession chez les Manjak de Guinée-Bissau et du Sénégal », in Marie-Claude Dupré, (sous la direction de), Familiarité avec les dieux. Transe et possession en Afrique Noire, La Réunion, Madagascar, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, Collection Anthropologie, p. 223-248 (avec CD-Rom : séquences de possession filmées entre 1999 et 2000)
  • Maria Teixeira, 2001, « Un rituel d’humanisation des nourrissons : le kabuatã manjak (Guinée-Bissau/Sénégal) », Journal des Africanistes, 71-2, p. 7-31
  • Maria Teixeira, 2001, « Développements contemporains d’un culte de soins : le kasara manjak (Guinée-Bissau, Sénégal) », Cahiers de Sociologie Economique et Culturelle, n° 35, p. 75-90
  • Maria Teixeira, 2004, « Circulation des fluides et transformation des êtres. Les Manjak de Guinée-Bissau », in Françoise Héritier et Margarita Xanthakou (sous la direction de), Corps et affects, Paris, Éditions Odile Jacob, p. 187-203
  • Maria Teixeira, 2007, « Questionner la mort pour préserver la vie : Les Manjak du royaume de Babok, Guinée-Bissau », in Ilario Rossi, (sous la direction de), Prévoir et prédire la maladie, Paris, Aux lieux d'être, pp. 49-66
  • Maria Teixeira, 2007 à paraître, « Maïmouna et Mery : Devineresses-guérisseuses dans un réseau migratoire », in Emmanuelle Simon et Laurent Pordie, Figures de guérisseurs contemporains. Le néo-traditionalisme en biographies, Paris, Karthala
  • Maria Teixeira, 2007, « Parachever l’humanité. Toilette, massage et soin des enfants manjak (Guinée-Bissau, Sénégal) », in Doris Bonnet, Laurence Pourchez, Du soin au rite dans l'enfance, Paris, Éditions Eres
  • Maria Teixeira, 2008, « Sorcellerie et contre-sorcellerie : un réajustement permanent au monde. Les Manjak de Guinée-Bissau et du Sénégal », Cahiers d'études africaines, XLVIII (1-2), n°189-190. pp. 59-79
  • Maria Teixeira, 2012, « Quand les morts sont célébrés. Les grandes funérailles manjak (Guinée-Bissau) » in Thierry-Marie Courau et Henri de La Hougue (dir.), Rites. Fêtes et célébrations de l'humanité, Paris, Editions Bayard, pp. 1103-1115
  • Maria Teixeira en collaboration avec Ndiasse Thiam, « Stratégie de communication et attitudes linguistiques d'un groupe minoré : le cas des manjak sénégalais »,
  • (portuguès) António Carreira, Vida social dos Manjacos, Centro de Estudos da Guiné Portuguesa, Bissau, imprimé à Lisbonne, 1947, 185 p.
  • (portuguès) Artur Martins de Meireles, Mutilações étnicas dos Manjacos, Centro de Estudos da Guiné Portuguesa, Bissau, 1960, 172 p.