Shawiya

De Viquipèdia
Salta a la navegació Salta a la cerca
Infotaula de llenguaShawiya
Tacawit
ⵜⴰⵛⴰⵡⵉⵜ
Tipus llengua i llengua viva
Parlants
2.531.000 (2016)[1] principalment a Aurès ( Batna, Khenchela, Oum El Bouaghi, Souk Ahras, Tébessa)
Parlants nadius 2.178.100
Parlat a 2.195.000 a Algèria Algèria
194.000 a França França
41.000 a Bèlgica Bèlgica
39.000 a Itàlia Itàlia
36.000 a Alemanya Alemanya
25.000 al Marroc Marroc
Shawiya dialects.PNG
Autòcton de Província de Batna, Província de Biskra, Província de Tebessa, Província de Guelma, Província de Khenchela i Província de Souk Ahras
Classificació lingüística

Afroasiàtic
 Berber
  Berber septentrional

   Zeneta
Característiques
Sistema d'escriptura alfabet àrab, tifinag i Alfabet berber llatí
Codis
ISO 639-3 shy
Glottolog tach1249
Ethnologue.com shy
IETF shy
Modifica les dades a Wikidata

El shawiya, o també chaouïa (forma nadiua tacawit [θaʃawiθ] o ⵜⴰⵛⴰⵡⵉⵜ), és una llengua amaziga del grup de les llengües zenetes orientals parlada a Algèria pels chaouis. L'àrea principal de la llengua són les muntanyes d'Awras a Algèria occidental i les àrees del voltant, incloent Batna, Khenchela, Sétif, Oum El Bouaghi, Souk Ahras, Tébessa i la part nord de Biskra.

Llengua[modifica]

Els chaouis anomenen la seva llengua tacawit ([θʃawɪθ] o [hʃawɪθ]), que també és com es coneix el berber numidi. El seu nombre de parlants s'estima entre 1,4 i 3 milions.[2][3][4]

És força habitual veure escrit el nom com chaouïa, per influència del francès d'Algèria. També s'escriu chaoui, shawia, tachawit, thachawith, tachaouith i thchèwith. En shawiya, el prefix /t/ - pronunciat [θ] en algun context fonètic - sovint és reduït a /h/, així que el nom nadiu sovint sona com hašawiθ.

Fins fa poc l'amazic shawiya era una llengua no escrita i poques vegades s'ensenyava a l'escola. Els chaouis, que eren predominantment rurals i aïllats, sovint canviaven a l'àrab algerià, al francès o fins i tot a l'anglès parlant de tecnologia no tradicional i preocupacions sociològiques. Recentment el shawiya i el cabil han començat a tenir certa presència als mitjans de comunicació (Chaîne 4) i als moviments polítics algerians i s'ha introduït el seu ensenyament en algunes escoles públiques. A la ràdio es difonen els poemes d'autors com Djroud, Aghilas Mazigh, Salah Bezzala, Adel Solatni, Djamel Samir Chemlal i Dhifallah Khalef.

Referències[modifica]

  1. Shawiya a The Joshua Project
  2. Shawiya a Ethnologue
  3. Chaoui al web de l'INALCO
  4. Chaouia al Centre de Recherche Berber

Bibliografia[modifica]

  • Abouba, K., Morphologie nominale du Chaoui, Montréal, Université de Montréal, (1993), [Thèse].
  • Aïchi, H., «La tradition de la poésie populaire chantée des Chaouias d’Algérie», Horizons maghrébiens, 20-21, Toulouse, (1993), p. 176-178.
  • Amaghestan, Y., Th'chèwith: Racines de la mémoire: Mémoire des racines, Auto-édition, (2004).
  • Basset, A., Atlas linguistique des parlers berbères, Alger, Institut d'Études Orientales, (1936 et 1939), [+ cartes].
  • Basset, A., «Berbère isnin (tous les deux)», Comptes Rendus du Groupe Linguistique d’Études Chamito-Sémitique, 4, Paris, (1946), p. 19-20.
  • Basset, A., De nouveau à propos du nom de l’île de fer (Canaries) ; sur la toponymie berbère et spécialement sur la toponymie chaouia des Ait Frah (Département de Constantine), Paris, Lyon, (1948).
  • Basset, A., «La mise à part. Faits berbères», Comptes Rendus du Groupe Linguistique d’Études Chamito-Sémitique, 4, Paris, (1946), p. 65-66.
  • Basset, A., «Présentation de cartes linguistiques berbères», Comptes Rendus du Groupe Linguistique d’Études Chamito-Sémitiques, 1-2, Paris, (1934/1937), p. 42 et p. 81-82.
  • Basset, A., «Sur la proposition indépendante et la proposition relative en berbère», Comptes Rendus du Groupe Linguistique d’Études Chamito-Sémitique, 4, Paris, (1945/1948), p. 30-32, [Examples pris dans le parler des Aït Frah].
  • Basset, A., «Sur la toponymie berbère et spécialement sur la toponymie chaouïa Aït Frah», Onomastica, 2, PubLg: Français, (1948), p. 123-126.
  • Basset, A., Textes berbères de l'Aurès (parler des Aït Frah), Paris, Publ. de l'Institut d'Etudes Orientales, (1961).
  • Basset, A., « Un faux arabisme en berbère », Comptes Rendus du Groupe Linguistique d’Études Chamito-Sémitique, 4, Paris, (1948/1951), p. 63-64. [Nom de la « laine » ; ḍḍuft < taḍuft, dans le parler berbère des Aït Frah].
  • Basset, R., Loqmân berbère..., Paris, Leroux, (1890), [15 textes de l’Aurès].
  • Basset, R., «Notice sur le chaouïa de la province de Constantine (Sedrata)», Journal Asiatique, Paris, (1896), 36p.
  • Basset, R., «Notice sur les dialectes berbères des Harakta et du Djerid tunisien», Actes du Congrès International des Orientalistes, 9, Paris, (1896), 18 p.
  • Basset, R., «Nouvelles enquêtes en Mauritanie, dans le Contantinois et dans les ksours oranais et marocains», Journal Asiatique, 9:8, Paris, (1896), p. 361-394.
  • Boughuida, B.K., Bibliographie sur l’Aurès de 1830 à 1880, Constantine, Univ. de Constantine, 103 p. [2cartes, p. 760, réf. Bibl.:Mémoire de Licence Institut de Bibliothéconomie Univ. de Constantine].
  • Boulhaïs, N., «Recherches sur l'Aurès, bibliographie ordonnée», Études et Documents Berbères, 15-16, Paris, (1998), p. 284-312.
  • Camps-Faber, H., Bijoux berbères d’Algérie. Grande-Kabylie et Aurès, Aix-en Provence, Edisud, (1990), 146 p., ill. [Lexique chaoui-français].
  • Cantineau, J., «Les parlers arabes du Département de Constantine », Actes du Congrès de la Fédération des Sociétés Savantes de l’Afrique du Nord, 4, Alger, (1939), t. 2, p. 849-863, [Contacts arabe/berbère et substrat berbère].
  • Chaker, S., «Chaoui/Chaouia (linguistique/littérature)», Encyclopédie berbère, xii, Aix-en-Provence, Edisud, (1993), p. 1875-1877.
  • Chaker, S., «Aurès (linguistique)», Encyclopédie berbère, viii, Aix-en-Provence, Edisud, (1989–90), p. 1162-1169 et (1993), p. 1875-1877.
  • Colonna, F., «Discours sur le nom : identité, altérité », Peuples Méditerranéens, 18, Paris (1982), p. 20-42.
  • Dejeux, J., «La Kahina: de l’histoire à la fiction littéraire. Mythe et épopée», Studi Magrebini, 15, Napoli, (1983), p. 1-42.
  • Dejeux, J., «Le bandit d’honneur en Algérie, de la réalité et l’oralité à la fiction», Etudes et Documents Berbères, 4, Paris, (1988), p. 39-60, [deux poèmes sur Ben Zelmat, p. 56-7].
  • Dejeux, J., Les femmes d’Algérie; légendes, tradition, histoire, littérature, Paris, La Boîte à Documents, (1987), 347 p.
  • Dieleman, F., Esquisse de la langue berbère chaouia (Algérie). Variations lexicales et phonétiques et investigation sociolinguistique, Aix-en-Provence, l’Université, (1994), 285p. [carte. Mém. de maîtrise, Sci. du language].
  • Djarallah, A., «Un conte chaouï: Hend utteγyult», Awal, Cahiers d’Études Berbères, 1, Paris, (1985), p. 163-175.
  • Djarallah, A., «Baγyay, un conte chaouï», Awal, Cahiers d’Études Berbères, 3, Paris, (1987), p. 198-201.
  • Djarallah, A., «Un conte dans le parler des Aït Abdi (Aurès méridional)», Études et Documents Berbères, 4, Paris, (1988), p. 139-142.
  • Djeghloul, A., Éléments d’histoire culturelle algérienne, Alger, ENAL, (1984), 244 p.
  • Faublée, J. «A propos de Thérèse Rivière (1901-1970) et de ses missions dans l’Aurès», Études et Documents Berbères, 4, Paris, (1988), p. 94-102.
  • Fery, R., «Aurès (Le Haf)», Encyclopédie Berbère, 43, Aix-en-Provence, Edisud (1988), 1p.
  • Galand, L., «Libyque et berbère», Annuaire EPHE, ive section, Paris, (1977–78), p. 199-212.
  • Gaudry, M., La femme chaouïa de l’Aurès, Étude de sociologie berbère, Paris, P. Geuthner, (1929), [texte poétique, p. 274-279].
  • Hamouda, N., «Les femmes rurales de l’Aurès et la production poétique», Peuples Méditerranéens, 22-23, Paris, (1983), p. 267-269, [texte poétique].
  • Hamouda, N., «Rural women in the Aurès: A poetry in context», Journal of the Oral History Society, 13:1-2, Essex, (1985), [Traduction de et résumé de : «Les femmes rurales de l’Aurès et la production poétiqe », Peuples Méditerranéens, 22-23, Paris, (1983), p. 267-279.].
  • Huyghe, R.P., Dictionnaire français-chaouïa (Qamūs rūmi-caui), Alger, Jourdan, 1906, 750 p. [Lihographié].
  • Huyghe, R.P., Dictionnaire chaouïa-arabe-kabyle- français, Alger, Jourdan, (1907), 571 p.
  • Joly, A., « Le chaouiya des Ouled Sellem », Revue Africaine, Alger, (1912), 88 p. (= 1911-4, p. 441-449 et 1912-2, p. 219-266), [suivi d’un vocabulaire et une brève description morpho-syntaxique].
  • Kerhuel, Y.G. éd., «Chants et poèmes des Berbères de l’Aurès», Simoun, Oran, 25, (1957), p. 11-26.
  • Khelfa, A., Moumna, Batna, Editions Echihab, (2002).
  • Lafkioui, M. & Merolla, D., Contes berbères chaouis de l'Aurès d'après Gustave Mercier, Köln, Köppe, (2002), 163 p.
  • Mercier, G., Mœurs et traditions de l'aurès. Cinq textes berbères en dialecte chaouia, Paris, (1900).
  • Maougal, M., «L’arabisation des Chaouïa», Nedjma, 1, Paris, (1981), p. 20-42.
  • Maougal, M., «Une étude sociolinguistique en pays chaouïa», Nedjma, 6, Paris, (1984), p. 35-50.
  • Masqueray, E., Comparaison d’un vocabulaire des Zenaga avec les vocabulaires correspondants des dialectes Chawia et des Beni Mzab, Paris, Imprimerie Nationale, (Archives des missions scientifiques et littéraires 3/5), (1879), p. 473-533.
  • Masqueray, E., Formation des cités chez les populations sédentaires de l’Algérie. Kabyles du Djurdjura, Chaouia de l’Aourâs, Beni Mezâb, (Réed.) Aix-en-Provence, Edisud, (1886–1983), 374 p. [Archives maghrébines, Centre des Recher. Et d’Études sur les Sociétés Méditerranéennes/Fac-sim. De l’éd. de Paris, Leroux, (1886)].
  • Masqueray, E., «Le Djebel-Chechar», Revue Africaine, 22, Alger, (1878), p. 26-48, 129-145, 202-214, 259-281, 29, (1885), p. 72-110, [Données linguistiques].
  • Masqueray, E., «Traditions de l’Aourâs oriental», Bulletin de Correspondance Africaine, 3/185, Paris, Leroux, (1885), p. 72-110.
  • Masqueray, E., «Voyage dans l’Aourâs», Bulletin de la Société de Géographie, Paris, 6:VI, (1876), [texte en langue chawia, p. 55-56].
  • Mercier, G., «Cinq textes berbères en dialecte chaouïa», Journal Asiatique, Paris, (1900).
  • Mercier, G., «Étude sur la toponymie berbère de la région de l’Aurès», Actes du XIe Congrès International des Orientalistes, Paris, (1897), p. 173-207, [sect. Egypte et langues africaines].
  • Mercier, G., Le chaouïa de l'Aurès (dialecte de l'Ahmar-Khaddo). Étude grammaticale, Paris, Leroux et Publications de la Faculté des Lettres d'Alger, (1896), 3-80 p. et 326 p. (PFLA=Bulletin de correspondance africaine 17), [texte en dialecte chaouïa].
  • Mercier, G., «Les noms des plantes en dialecte chaouïa de l’Aurès», xvie Congrès International des Orientalistes, 2/4, Alger, (1905), p. 79-92.
  • Merolla, D., «Il ‘Tempo di Roma’in alcuni racconti orali dei gruppi berberofoni chaouia dell Aures (Algéria)», Studi e materiali di Storia delle religioni, 54 :12-1, Rome, (1988), p. 133-150.
  • Meziani, M, Axel., Étude de sociologie-politique des minorités berbères en Algérie, Genève, Université de Genève, (1994).
  • Meziani, M, Axel., Pronoms Clitiques du chawi, Genève, Université de Genève, (1997).
  • Meziani, M, Axel., La morphologie casuelle du chawi, Reykjavik, University of Iceland, (1997).
  • Morizot, J., L’Aurès ou le mythe de la montagne rebelle, Paris, l’Harmattan, (1991), 273 p.
  • Morizot, P., Le groupement berbérophone chaouia du Sud Constantinois. Son caractère, son évolution, Paris, Centre de Hautes Études Administratives de l’Afrique et d’Asie Modernes, (1946).
  • Note concernant les Aoulad-Daoud du Mont-Aurès (Aourâs), Alger, A. Jourdan, (1879).
  • Ounissi, Mohamed Salah, Amawal, s Tcawit, Tafransist, Taârabt. Dictionnaire, Chaoui, Français, Arabe, Alger, Enag Éditions, (2003), 161 p.
  • Ounissi, Mohamed Salah, Contes de berbérie et du monde. Tinfusin si tmazgha d umadal, Alger, Enag Éditions, (2003), 111 p.
  • Ounissi, Mohamed Salah, Inzan d timseâreq. Proverbes et devinettes chaouis, Alger, Enag Éditions, (2002), 193 p.
  • Papier, A., «De l’étymologie des mots employés par les Grecs, les Romains, les Arabes pour désigner le Djebel Aurès», Revue de l’Afrique Française, (1887).
  • Penchoen, Th.G., Etude syntaxique d'un parler berbère (Ait Frah de l'Aurès), Napoli, Istituto Universitario Orientale (= Studi magrebini V), (1973), 217p. [Th. 3e cycle, Linguistique, Paris, 1966, soutenue sous le titre : « Etude syntaxique d'un parler berbère (chaouia) des Ait Frah ('Aurès), d’après les textes d’A. Basset »].
  • Plault, M., «Études berbères, La langue berbère dans la commune mixte de Barika» et «Le berbère dans la commune mixte du Guergour », Revue Africaine, Alger, (1946), p. 406-409 et 194-209, [vocabulaire, bovins].
  • Riviere, Th., «Coutumes agricoles de l’Aurès», Études et Documents Berbères, 3, Paris, (1987), p. 124-152, [Informations sur les documents recueillis par Th. R., Cinq textes de chansons, p. 148-152].
  • Saidani, H., Visite aux Aurès. Guide touristique et culturel de Batna et des Aurès, Alger, Éditions Anep, (2003), p. 26-54.
  • Servier, J., Chants de femmes de l’Aurès, Thèse complémentaire pour le doctorat des Lettres, Paris, (1995), [Inédite].
  • Shaler, W., Esquisse de l’état d’Alger, Paris, Nouvelles Annales des Voyages, (1830), X, 407 p., plan. [Vocabulaire p. 319-328 (d’après J.F. Schultze et J. Benzamon). Renseignements sur les Berbères d’Algérie et leurs langues, par un consul à Alger avant la conquête française. Trad. de: Sketches of Algiers, Algiers, American Consul general at Algiers, (1926), 310 p.].
  • Shaw, T., Voyages dans plusieurs provinces de la Barbarie et du Levant, La Haye, (1743), 2 vol., [Vocabulaire chaoui et des phrases t. 2, p. 134-136. Traduction de : Travels or observations relating to several parts of Baraby and the Levant, Oxford, Publ. ?, (1738), 441 et 60 p. En appendice, vocabulaire chaoui p. 52].
  • Sierakowsky, A., Das Schaui, ein Beitrag zur berberischen Sprach- und Volkskunde, Dresde, Kraszewski, (1871), 138 p.
  • Stricker, B.H., Compte rendu de: A. Basset, Textes berbères de l’Aurès, 1961, Kroniek van Afrika, Leyde, (1967), p. 122-125.
  • Stuhlmann, F., «Die Kulturgeschichtlicher Ausflug in den Aures», Atlas von Süd-Algerien, xii, Hamburg, Friederichsen, (1912), 205 p. [Glossaire de termes techniques berbères (géographie, faune, flore, tissage, vêtements…].
  • Stumme, H., Arabische und berberische Dialekte, Berlin, PubLg: Allemand, (1928), p. 14-19.
  • Tafsut (série normale, Tizi-Ouzou), 4, (1982), p. 24-28: Dihya, neγ tigγri n Wawras (Dihya, ou l’appel des Aurès), [texte berbère sur une chanteuse aurésienne].
  • Vycichl, W., «Un problème de cartographie historique: Claude Ptolémée et la cartographie de la Tunisie actuelle», Polyphème, 1, PubLg: Français, (1969), p. 31-33, [dénominations des points cardinaux].
  • Zouaoui, Y., La variation linguistique dans six parlers berbères d'Algérie : (étude fonctionnelle et comparative des unités syntaxiques du kabyle de la soummam et des Babors, du chaoui, du mozabite et du touareg de l'Ahaggar), Paris, Univ. Paris, (1996), [Thèse].